Enjeux féministes

  • Rencontre avec un jeune ministre de la Famille optimiste

    Au lendemain de l’assermentation de Mathieu Lacombe à titre de ministre de la Famille, la Coalition pour la conciliation famille-travail-études (CCFTÉ) a voulu lui faire part de ses préoccupations et échanger sur ses propositions en matière de conciliation famille-travail-études. Une rencontre a eu lieu le 18 mars dernier en présence de neuf représentantes des organisations membres, dont Marie-Claude Raynault de l’APTS.

  • Les conseils d’une championne

    Qui dit engagement syndical dit leadership et influence. Or en raison de la socialisation genrée, trop de femmes sous-estiment leur capacité d’assumer les mandats de prise de décision, de mobilisation et de représentation qui viennent avec les responsabilités syndicales

  • Nouvelle preuve de la discrimination salariale envers les femmes

    Une récente étude démontre un écart de rémunération de 24 % entre le personnel de l’administration publique (composé de 72 % de travailleuses), soit la fonction publique, l’éducation, la santé et les services sociaux, et celui d’entreprises publiques comme Hydro-Québec, Loto-Québec et la Société des alcools du Québec, majoritairement masculin.

  • Les femmes avaient bien besoin de nouvelles normes du travail

    La réforme en profondeur de la Loi sur les normes du travail (LNT) tant espérée par les groupes de femmes et les syndicats ne s’est pas réalisée. Plusieurs modifications constituent néanmoins des avancées pour les femmes qui ne bénéficient pas de la protection d’une convention collective [1] et aussi pour les membres de l’APTS.