Télétravail : trois enjeux à surveiller

Télétravail : trois enjeux à surveiller

La pandémie a obligé les employeurs du réseau à réorganiser rapidement le milieu de travail pour répondre aux recommandations de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). C’est ainsi que le télétravail est devenu une solution pour libérer les espaces de travail ou pour protéger la santé des femmes enceintes et des personnes immunodéprimées ou atteintes de maladies chroniques.

Travailler de la maison comporte d’indéniables avantages, comme la possibilité de concilier plus facilement famille, travail et vie personnelle et la réduction considérable du temps de déplacement. Par contre, il demeure important de prendre en compte certains points liés à la santé et à la sécurité lorsqu’on doit rapidement passer en mode télétravail.

Le fait de travailler de la maison ne libère pas les employeurs de leurs obligations de prévention. C’est ce qu’a confirmé au ministre Jean Boulet le comité consultatif du travail dans son avis émis le 13 octobre 2020, à la suite d’une demande de sa part d’analyser le cadre juridique actuel. L’employeur et la personne salariée en télétravail sont donc couverts par le cadre juridique actuel, dont la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) et la Loi sur les accidents de travail et les maladies professionnelles (LATMP).

Le lieu de résidence de la personne salariée devient son environnement de travail et l’employeur doit prendre les moyens nécessaires pour protéger sa santé et sa sécurité, tel que prévu à l’article 51 de la LSST.

Voici un tour d’horizon des trois points principaux sur lesquels nous voulons attirer votre attention.


L’aménagement du poste de travail

Votre maison n’est pas forcément conçue avec un espace réservé au travail. Or, un environnement non adapté comporte un risque non négligeable de développer des troubles musculosquelettiques s’il vous amène à adopter une mauvaise posture.

Quelques conseils pratiques :

  • bien organiser son environnement et réserver un endroit précis pour le travail,
  • avoir du matériel et des équipements adaptés pour favoriser des postures confortables (casque d’écoute, souris, clavier, bureau, etc.),
  • avoir un éclairage adéquat,
  • consulter les outils d’ergonomie pour le télétravail de l’Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales (ASSTSAS).


L’horaire et la répartition du travail

Il est parfois plus difficile de se donner des limites strictes de temps de travail lorsque nous sommes à la maison, ce qui peut engendrer des situations de surcharge de travail.

Quelques conseils pratiques :

  • garder un rythme régulier et une plage horaire identiques aux habitudes développées sur les lieux du travail en prenant la pause repas et les deux pauses prévues par les dispositions nationales de la convention collective,
  • prendre une pause active pour se permettre de changer de position et de s’étirer,
  • consulter les suggestions de l’ASSTSAS.


L’isolement social

Lorsqu’on travaille, les relations humaines sont importantes pour garder un sentiment d’engagement et d’appartenance. Le fait de ne plus être au quotidien en présence des autres est un facteur de risque psychosocial qui peut entraîner des réactions physiques et psychologiques néfastes. Le télétravail et l’absence de votre cercle de soutien peuvent affecter considérablement les relations avec vos collègues de travail et votre gestionnaire.

Quelques conseils pratiques :

  • conserver un forum d’échange virtuel pour communiquer avec vos collègues de travail,
  • assister aux réunions importantes pour demeurer au fait de ce qui se passe au bureau,
  • déterminer des moments pour communiquer avec votre gestionnaire et clarifier votre rôle et vos tâches,
  • consulter les recommandations de l’INSPQ.

Enfin, nous avons observé que plusieurs employeurs du réseau ont établi des directives et politiques pour encadrer le télétravail en y incluant les aspects de santé et de sécurité. Tout comme si vous étiez sur les lieux de travail, il demeure important de déclarer les situations dites dangereuses pour identifier les risques auxquels vous êtes exposé·e à la maison.

Votre employeur a l’obligation d’agir et de corriger la situation. S’il néglige de donner suite à cette obligation, nous vous invitons à contacter votre exécutif syndical local, qui pourra vous aider dans vos démarches.

Rédaction  Esther Gagnon  | 17 décembre 2020

Les plus populaires

Sorry. No data so far.